La refondation du Ku Klux Klan au sommet de Stone Mountain

Rating: No votes.

 

Pendant la nuit de Thanksgiving 1915, à une quinzaine de kilomètres au nord-est d’Atlanta, en Géorgie, le Ku Klux Klan est refondé au sommet de Stone Mountain par William Joseph Simmons, futur « grand Wizzard » du Klan. Un bref article du journal Atlanta Constitution du dimanche 28 novembre 1915 évoque cette refondation.

Les faits se sont déroulés le 25 novembre 1915, soit le dernier jeudi de novembre dont Abraham Lincoln avait décidé, en pleine guerre de Sécession qu’il marquerait le jour où tous les Etats fêteraient Thanksgiving (1). Depuis des années, William Joseph Simmons, un ancien médecin, ayant travaillé un temps pour une église méthodiste épiscopalienne attendait l’occasion de refonder les Chevaliers de l’Empire Invisible du Ku Klux Klan, organisation qui avait existé de 1865 aux débuts des années 1870. S’il choisit de le faire à la fin de 1915, cela tint probablement à la conjonction de deux éléments : les retombées du procès de Léo Frank et la sortie du film de David Ward Griffith, Birth of a Nation.

Léo Frank, originaire d’une famille juive d’Allemagne, né au Texas et élevé à New-York, donc considéré comme un Yankee, et ingénieur de formation, dirigeait une fabrique de crayons à Atlanta où il avait été élu président du chapitre du B’nai B’rith, une organisation d’entraide juive. En 1913, une jeune ouvrière, Mary Phagan avait été retrouvée morte dans un atelier de la fabrique de crayons après avoir été violée. Une vaste campagne de presse, auquel participa activement le journal Atlanta Constitution, suivit la découverte du corps de la jeune fille. Au terme d’une enquête qui a, depuis, été remise en cause, Léo Frank fut accusé du meurtre et du viol de Mary Phagan.  Après plusieurs procès, il fut condamné à mort en 1915. Le gouverneur de Géorgie ayant commué la peine en prison à vie, une organisation secrète the Knights of Mary Phagan attaqua la prison où  était détenu Léo Frank, l’enleva et le lyncha en août 1915. Selon certaines sources, ce lynchage fut suivi d’une première cérémonie au sommet de Stone Mountain à laquelle participait William Simmons et au cours de laquelle une grande croix de bois fut enflammée. Ce qui est certain c’est que des Knights of Mary Phagan ont participé à la refondation du Klan le 25 novembre 1915.

La sortie du film de David Griffith, Birth of a Nation, constitua une autre  incitation et inspira même quelques éléments du cérémonial retenu par William Simmons qui en était un admirateur inconditionnel. Le film, sorti en mars 1915, ne fut projeté à Atlanta qu’après Thanksgiving et William Simmons qui l’avait déjà vu plusieurs fois se démena auprès du directeur du théâtre où le film était projeté pour obtenir des places gratuites. Ce très long métrage, parfois appelé The Clansman du nom du roman de Thomas Dixon qui l’avait inspiré, fut projeté pendant trois semaines dans la capitale de la Géorgie, ce qui, à l’époque, était inusité et il connut un succès sans précédent.

Le film, surtout dans sa seconde partie, enchaîne les chevauchées nocturnes de cavaliers revêtus de robe blanches et portant cagoules qui volent au secours de jeunes femmes blanches poursuivies par des noirs, le plus souvent des acteurs blancs grimés. Quelques cartons donnent le ton du film ;  l’un d’eux renvoie à des extraits de The History of the American People favorable au rôle du Ku Klux Klan et dont l’auteur n’est autre que Woodrow Wilson, Président des Etats Unis en exercice (2). Un autre, l’un des derniers du film, est ainsi libellé « the former enemies of North and South are united again in common defence of their Aryan Birthright ».

Le lieu retenu par William Simmons pour la refondation du Klan est un vaste mont isolé, un inselberg de granite, utilisé comme carrière pour la construction d’immeubles ou de monuments. Stone Mountain était la propriété d’un homme qui fut lié aux membres du nouvel Empire Invisible. Avant même le 25 novembre 1915, il avait accepté que l’une des falaises de Stone Mountain devienne le lieu d’un vaste bas-relief dédié aux héros de la Confédération (Le président Davis et les généraux Lee et Jackson). La construction de ce monument, dont certains aiment à rappeler qu’il est plus vaste que celui du Mont Rushmore, dans le Dakota du Sud, ne fut achevée qu’au début des années 1970.

L’Atlanta Constitution dont Kenneth Jackson indique que l’un des rédacteurs était proches des partisans de William Simmons évoque la somptuosité des cérémonies de Thanksgiving 1915. Comment se sont-elles déroulées ? Une immense croix de bois fut enflammée au sommet de Stone Mountain, à proximité de laquelle flottait un drapeau des Etats-Unis. Les flammes éclairaient une bible ouverte à la 12e épitre aux Romains, celle où Saint-Paul exhorte les fidèles à offrir leur vie en sacrifice. Et sur cette bible,  les partisans de William Simmons, parmi lesquels des Knigths of Mary Phagan, jurèrent fidélité à l’Empire invisible en train de renaître. Ils étaient revêtus de robes et de cagoules blanches et parmi eux se trouvaient le propriétaire de Stone Mountain et le petit fils du lieutenant-général Nathan Bedford Forrest, officier de l’armée confédérée qui fut le premier Grand Dragon du Ku Klux Klan. La symbolique de la croix enflammée semble directement inspirée du film de Griffith.

Le second Ku Klux Klan ne se développa pas immédiatement mais son dynamisme fut important pendant les années 1920 puisqu’il compta, au milieu des années 1920, jusqu’à quatre ou cinq millions de membres avant de décliner. Par rapport au premier Klan, sa dimension urbaine fut très importante et à l’hostilité aux populations noires, il ajouta une grande méfiance vis à vis des nouveaux immigrants. La dimension antisémite se manifeste par la présence des Knights de Mary Phagan. Les Knights of the Invisible Empire se voulaient aussi une organisation de combat contre l’organisation catholique The Knights of Columbus. Cela alimenta la dimension anti-catholique et anti-papiste du second Klan.

 

(1) En fait, c’est après la Reconstruction que Thanksgiving fut célébré le même jour dans les Etats du nord et du sud.

(2) L'un des cartons est ainsi libellé "The white men were roused by a simple instinct of self-preservation… until at last there had sprung a great Ku Klux Klan, a veritable empire of the South, to protect the Southern country." Woodrow Wilson.

Les localisations retenues sont le siège du journal Atlanta Constitution et Stone Mountain.

Bibliographie