Collections de guerre en Allemagne

Rating: No votes.

L’initiative lyonnaise de constituer un fonds documentaire sur le conflit en cours au sein d’une bibliothèque était loin d’être isolée. En Allemagne, le phénomène est même très répandu et on estime à 300 le nombre de collections de guerre créées entre 1914 et 1918, dont beaucoup sont l'oeuvre de bibliothèques. La bibliothèque impériale de l’université de Strasbourg, inaugurée en 1895 (voir image) (1) fut l'une des plus précoces. Elle constitua une Landeskriegssammlung (collection de guerre régionale) dès le 4 août 1914. Son directeur demanda en outre en mars 1916 le versement des collections privées existantes à la bibliothèque. La collection avait vocation à rassembler des documents de toutes natures créés au niveau régional (notamment une belle collection de journaux de tranchées du front des Vosges), national mais aussi international.

En Allemagne, les plus importantes collections de guerre étaient celles de Leipzig, Berlin, Munich, Iéna. La collection strasbourgeoise compte environ 11 000 documents. Celle de la Deutsche Bücherei de Leipzig (aujourd'hui Deutsche nationalbibliothek, l’équivalent de la Bibliothèque Nationale) près de 100 000 pièces de toutes natures.

À Strasbourg, la fin de la guerre et la perte de l'Alsace-Lorraine au profit de la France marqua de fait la fin de la collection de guerre.

(1) Source de l'image : La KULBS de Strasbourg lors de son ouverture en 1895 : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:BNU_en_1895.jpg

Bibliographie