Ouvroirs municipaux - Conservatoire de musique de Lyon

Rating: No votes.

Dès le début de la guerre, le maire Edouard Herriot décide de créer des ouvroirs municipaux destinés à fournir un travail et donc un salaire aux femmes sans ressources. A raison de trois heures et demi par jour, cinq jour sur sept, elles confectionnent des vêtements et autres effets destinés aux hopitaux ou aux oeuvres municipales en faveur des soldats et des prisonniers. Le salaire est d'un franc par séance.

Devant l'affluence des demandes, les places dans ces ourvrois sont réservées en priorité aux femmes seules, sans revenus, ne bénéficiant pas de l'allocation militaire des femmes de mobilisés. Une trentaine d'ouvroirs sont créés dans les différents arrondissements de Lyon afin de répondre aux 3435 demande en août 1914. Le Conservatoire de musique de Lyon, quai de Bondy accueille l'un de ces ouvroirs.

 

Bibliographie

  • Edouard Herriot, Lyon pendant la guerre (Paris: Presses Universitaires de France, 1925).
  • Auguste Ehrahard, Les Oeuvres de l'Hotel de Ville pendant la guerre (Lyon: Rey, 1916).