La Halle Tony Garnier

Rating: No votes.

A partir de 1909, commencent les travaux de ce qu’on appelle aujourd’hui la Halle Tony Garnier. La fonction première de ce bâtiment était d’héberger des abattoirs répondant aux règles d’hygiène de l’époque. L’exposition internationale de 1914, voulue par le maire Edouard Herriot, fait de ce bâtiment le centre de l’exposition. La déclaration de guerre en août 1914 perturbe l’exposition.

Eloignée du front, la région lyonnaise devient une des deux principales régions de production militaire. Afin de répondre à la demande massive en artillerie, il faut accélérer la production et particulièrement celle des obus de 75 millimètres. On assiste alors à Lyon, à la réquisition de bâtiments venant s’ajouter aux arsenaux militaires existant en temps de paix. Ainsi les abattoirs sont réquisitionnés, on y installe des postes d’accueil pour les blessés et les ouvriers et ouvrières de la société d’éclairage électrique de Paris. Le bâtiment abrite environ 12 000 employés produisant 20 000 obus par jour.

L’armée quitte les lieux en 1919 et le bâtiment retrouve alors sa fonction première d’abattoirs. Ces derniers seront désaffectés en 1974. Le 16 mai 1975, la halle aux bestiaux, deux pavillons au nord ainsi que l’arche monumentale sont inscrits à l’inventaire des Monuments Historiques.

Bibliographie

  • ONAC, musée d'histoire militaire de Lyon et sa région, Lyon 14-18 : Lyon et sa région dans la Grande Guerre (Lyon, 2008).
  • CORNELOUP Gérard, "Abattoirs," in Dictionnaire historique de Lyon (Lyon, 2009).
  • "Histoire de la Halle", http://www.halle-tony-garnier.com/.