L'asile de Bron

Rating: No votes.

En 1914, l’asile du Vinatier de Bron compte parmi les plus grands asiles français. Néanmoins, dès le début de la guerre, plus de 2 000 malades sont internés et l’établissement manque très rapidement de place pour recevoir de nouveaux patients. Qui plus est, le bâtiment doit accueillir une partie des aliénés évacués des asiles parisiens trop près du front.

Outre les malades civiles, l'asile de Bron doit également faire face à l’arrivée de malades militaires de plus en plus nombreux. Face à cet afflux, les difficultés sont multiples:  de nombreux infirmiers, employés, ouvriers de la ferme et des ateliers, ont quitté leurs postes pour rejoindre le front et le directeur peine à remplacer son personnel. Le 31 janvier 1915, il expose ainsi la situation de l'asile au préfet du Rhône : « J’ai été obligé de faire appel aux Belges et aux réfugiés des régions envahies, puisque je ne trouvais aucun sujet à Lyon». Par conséquent, la surveillance des malades est plus difficile, le nombre d'évasions va croissant et les tâches administratives se compliquent: certains soldats sont incapables de dire qui ils sont et ne peuvent, dès lors, plus retrouver leur famille. Au mois d’août 1917, 17 malades amnésiques sont recensés à l’asile de Bron.

Par ailleurs, d'un point de vue économique, l’établissement est confronté à la remise en cause de tout le système sur lequel reposait son approvisionnement en temps de paix. Les contrats passés avec ses fournisseurs ne sont plus respectés et la production modeste de la ferme ne parvient pas à faire face à l'inflation et aux pénuries. L’entassement des malades provoque également des problèmes d’hygiène, amplifiés par l’accueil des soldats qui ont été prisonniers en Allemagne: exposés aux typhus et au choléra durant leur détention, on craint qu’ils ne propagent des maladies dans l’établissement. En 1917 l’asile est au bord de l’asphyxie. La paix de 1918 permet le transfert de nombreux patients vers d’autres établissements pour désencombrer les bâtiments de Bron.

Bibliographie

  • "Archives Départementales du Rhône, fonds du Centre hospitalier le Vinatier," .
  • Bueltzingsloewen Isabelle Von, Entre désorganisation et adaptation : L’asile d’aliénés du Rhône pendant le premier conflit mondial, Expériences de la folie. Criminels, soldats, patients en psychiatrie (XIXe -XXe siècles) (Rennes: Presse universitaire de Rennes, 2009), p.129-137.