Les époux Leblanc

Rating: No votes.

En 1914, un couple d’industriels parisiens entreprit de collecter tous les documents possibles sur le conflit mondial naissant : livres, revues, presse, archives, peintures, dessins, affiches, photographies, objets, soit plus de 22 000 pièces. Etant donné que les collections ne pouvaient plus être stockées dans leur appartement parisien, Louise et Henri Leblanc obtinrent ensuite un local rue Malakoff et le fonds fut localisé rue du Colisée. Trois ans plus tard, les Leblanc firent don à l’État de leurs collections. Sur proposition des parlementaires, il fut rattaché au Ministère de I'Instruction publique avec une double mission : être à la fois une oeuvre d’éducation populaire et un établissement scientifique, autrement dit un « laboratoire d’histoire ». Le 25 février suivant, la Bibliothèque-musée de la Guerre est créée. En 1924, la BMG s’installa dans le Pavillon de la reine au château de Vincennes et Camille Bloch en fut le directeur, puis, en1934, elle fut rattachée à l’université de Paris sous le nom de Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC).
La création de la BMG s'inscrivait clairement dans un contexte international, plus précisément occidental, qui donna naissance à des institutions telles que l'Imperial War Museum au Royaume-Uni ou la Hoover Institution aux États-Unis. Chacun de ces établissements entérina une logique de collecte que l'on pourrait aujourd’hui aisément qualifier de globale, d'abord liée au caractère international du conflit, puis vite étendue aux enjeux politiques et diplomatiques du temps présent.

Bibliographie

  • "Site de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine", http://www.bdic.fr/la-bdic.
  • Gunther Thomas Michael, Photographic survey of the 20th century (Creaphis editions, 2008).
  • Sofia Papastamkou, "Les collections de la BDIC sur les exilés et les dissidents de l'Europe de l'Est pendant la Guerre froide," Institut Pierre Renouvin - Université Paris I Panthéon Sorbonne Bulletin n°38.