Guide de l'enseignant

Table des matières du guide

I. Introduction

  1. Qu'est-ce que L'Atelier numérique de l'histoire et quels sont ses buts ?
  2. Quelle sont les formes de contribution des étudiants et leur intégration dans la base de données de la plate-forme ?
  3. Comment participer au projet en tant qu'enseignant ?
  4. Que doivent faire les étudiants ?
  5. En cas de dysfonctionnement de la plate-forme.

II. La prise en main de la plate-forme

  1. Plan du site et enregistrement.
  2. Définir vos objectifs.
  3. Travailler à partir des ressources locales.
  4. Définir le travail de l’étudiant
  5. Construire un programme pédagogique

III. Travail de recherche et publication

  1. Introduire le projet.
  2. Diriger la recherche.
  3. Diriger la rédaction de la publication.
  4. Utilisation des brouillons.
  5. Publication finale.
  6. Mise à jour.

IV. Utilisation de la plate-forme pédagogique

  1. Utiliser la base de données comme une ressource en informations historiques.
  2. Rechercher des idées de projet

I: Introduction

1. Qu'est-ce que L'Atelier numérique de l'histoire et quels sont ses buts ?

L'Atelier numérique de l'histoire est un outil pédagogique qui donne à l'étudiant l'opportunité d'associer son apprentissage de l'histoire à la production d’une information historique (recherche, écriture, publication). Son but est de constituer une collection d’articles historiques, de productions, afin d’offrir aux utilisateurs de la plate-forme une information scientifique sur l’histoire de Lyon et de sa région. Si la réalisation de cette base de données se fonde sur le travail collaboratif des étudiants et de leurs enseignants, elle se veut ouverte à un plus large public par une interface internet accessible à tous.

Les buts de L’Atelier:

  1. Une ressource pour les enseignants. L’Atelier propose aux enseignants de licence ou de master d’introduire une démarche d’apprentissage collaborative entre les étudiants d’histoire tout en surveillant le cadre scientifique et rigoureux de la production de savoir. Un guide d’utilisation de la base de donnée est à sa disposition.
  2. Se former au métier d’historien.. L’Atelier propose aux étudiants une première expérience de production d’un savoir historique, alliant recherches personnelles, interprétation, critique et confrontation grâce à la mise en ligne de leurs résultats. L’étudiant se trouve alors associé à un projet bien plus vaste que sa seule recherche, en collaborant à l’établissement d’un savoir historique sur Lyon et sa région. Et ses résultats seront autant d’éléments qui pourront servir à des recherches futures.
  3. Un but scientifique. Les productions laissées dans la base de données par les étudiants ont pour finalité d’être ensuite réutilisées par d’autres étudiants et d’autres chercheurs. Les documents publiés et associés à chacune de ces productions constituent une collection de sources sur l’histoire lyonnaise qui pourra être utilisée par les historiens. En raison de cet objectif, seuls les étudiants inscrits à la plate-forme dans le cadre de leur formation pourront participer à la constitution de la base et seules les contributions validées par le corps enseignants seront publiées. L’Atelier veut constituer une base de données historiques sur Lyon et sa région dans le respect de la rigueur scientifique.

2. Quelle sont les formes de contribution des étudiants et leur intégration dans la base de données de la plate-forme ?

Production historique. La principale contribution des étudiants sera une production historique, c'est-à-dire un document présenté, mis en contexte et commenté, se référant à un événement ou une période de l'histoire lyonnaise. L'objet d'étude et sa nature peuvent être très divers, d'un acte officiel des autorités politiques à un testament ou une lettre privée, d'un monument public à un portrait individuel. Ce travail vise à placer la source dans son environnement, en révélant à la fois son unicité et la perception d'une époque qu'elle propose. L'étudiant doit expliquer son document par ses connaissances et sa bibliographie qu'il indiquera en fin de fiche. Il doit arriver à replacer un événement précis dans un contexte bien plus large de l'histoire lyonnaise.

Le produit ainsi réalisé devra suivre la forme suivante :

Pour plus d’exemple, nous vous conseillons d’opérer dans la rubrique Recherche Simple de la base de données.

Nombre de productions : le nombre de productions est naturellement laissé à la libre appréciation de l’enseignant. Il nous semble cependant que pour que ce travail soit profitable, le nombre de contribution ne peut être que limité. L’élaboration du produit finit requiert du temps de la part de l’étudiant mais aussi de l’enseignant qui doit superviser les recherches dans les documents et la bibliographie. Pour une première utilisation, il semble préférable de se concentrer sur un ou deux événements.

Mise à jour de la base. une fois que la production est rédigée, que l’enseignant a validé le produit finit, la base de donnée peut être mise en jour en incluant cette nouvelle fiche.

3. Comment participer au projet en tant qu’enseignant ?

Se préparer à utiliser L’Atelier. La seconde section de ce guide, La prise en main de la plate-forme précise les éléments que l’enseignant doit maîtriser pour travailler avec L’Atelier numérique de l’histoire. Il faut cependant avant tout définir la place que peut occuper la plate-forme pédagogique dans l’organisation de l’enseignement. Période, types de documents, localisation des événements, sont autant de paramètres que l’enseignant doit définir avant de proposer ce travail aux étudiants. Ces choix s’opéreront en fonction des ressources documentaires de la région lyonnaise, mais aussi en fonction des orientations d’enseignement choisies par les établissements concernés.

Encadrer. La troisième section de ce guide Travail de recherche et publication présente précisément la manière de diriger le travail de l’étudiant afin de l’amener à rédiger sa production. C’est à l’enseignant également de décider si l’objectif pédagogique réside dans l’établissement d’une fiche publiée dans la base de données ou dans un projet complémentaire visant à utiliser la base dans son ensemble.

4. Que doivent faire les étudiants ?

Diriger les étudiants sur la plate-forme pédagogique. Les étudiants disposent eux aussi d’un guide d’utilisation de la plate-forme disponible dans la rubrique qui leur est destinée.

Les objectifs pédagogiques. Les étudiants sont responsables de deux contributions principales quant à l’élaboration de la base de données :

Normes de publication.. Un guide de présentation portant sur le style ou sur les références bibliographique doit permettre à l’étudiant de s’insérer dans le format général de la plate-forme. C’est aussi pour lui un apprentissage des normes éditoriales qui régissent les productions scientifiques. Ces guides se trouvent dans les Ressources de l’enseignant sur la plate-forme.

5. En cas de dysfonctionnement de la plate-forme

Utiliser le formulaire à votre disposition dans Contactez nous.

II. La prise en main de la plate-forme

Cette section présente la manière de s’enregistrer sur la plate-forme, définir les buts pédagogiques, utiliser les ressources disponibles, travailler en partenariat avec les bibliothèques et les dépôts d’archives, fixer les règles aux étudiants et associer l’usage de L’Atelier au programme pédagogique de votre formation.

1- Plan du site et enregistrement

  1. Enregistrez-vous. Si vous souhaitez utiliser l'Atelier numérique de l'histoire dans vos cours, merci de nous contacter. Nous vous enverrons un code permettant de vous enregistrer dans l'Atelier. Après réception de ce code, vous pourrez vous enregistrer.

2- Définir vos objectifs

  1. Durée. C’est à l’enseignant de décider la place qu’occupera L’Atelier dans son enseignement. En général, l’expérience montre qu’il est nécessaire de consacrer quatre semaines pour réaliser une ou deux productions historiques
  2. Domaines de recherches. C’est à l’enseignant de définir pour son enseignement les thèmes et périodes des productions à faire par les étudiants.
  3. Choix des documents. L’enseignant décidera aussi des séries documentaires à partir desquelles l’étudiant réalisera sa production. La collaboration d’archivistes et de bibliothécaires est sur ce point particulièrement souhaitable.
  4. Collaboration. Un des intérêts de L’Atelier est de mettre en relation enseignants et étudiants de plusieurs établissements. Les acteurs de la plate-forme pédagogique permettent d’accumuler des productions historiques sur des thèmes souvent proches mais de manière complémentaire.

3- Travailler à partir des ressources locales

  1. Dresser un inventaire. Pour que le projet de L’Atelier numérique de l’histoire soit utile et profitable, il faut qu’il se fonde sur différentes sources permettant aux étudiants de naviguer entre différents types de documents. Il est donc conseillé à l’enseignant de constituer un répertoire de sources utilisable dans lequel les étudiants pourront aller puiser.
  2. Collaborer avec des archivistes et des bibliothécaires. L’établissement d’un tel répertoire gagnera en efficacité et qualité s’il est réalisé en collaboration avec les conservateurs chargés des ressources locales.
  3. Utilisation des archives locales. Dans le cadre du projet sur Lyon et le Lyonnais, les ressources locales seront naturellement privilégiées.

4- Définir le travail de l’étudiant

  1. Les objectifs de l’étudiant. Selon le contenu du cours et les ressources documentaires disponibles localement, l’enseignant pourra orienter les étudiants vers tel ou tel thème et l’usage de telle ou telle source.

  2. Des travaux de groupe. Pour accroître l’efficacité de L’Atelier, il peut être conseillé de faire travailler les étudiants d’un même groupe de manière collaborative. Il est envisageable de diviser la classe autour de plusieurs thématiques qui elles-mêmes débouchent sur des productions complémentaires à l’intérieur de cette thématique.